© copyright Jean-Luc Colnot, 2007-2017.

mardi 16 mars 2010

MICRO-PRATIQUE

Parmi les exercices auxquels il m'arrive de me livrer, il y a ceci, qui dérive d'une petite phrase entendue à la Table d'Emeraude - cette sympathique librairie du quartier latin, hélas disparue depuis près de dix ans.

Un des vieux habitués du lieu m'a un jour posé la question suivante : il a fait mine de pincer l'air entre son pouce et son index, et m'a ensuite demandé : "Quand je fais ça, je tiens ou bien je suis tenu ?"

Sur le moment j'en suis resté comme une poule devant un couteau. Mais j'ai fréquemment repensé à cette petite scène par la suite.

Aujourd'hui il m'arrive souvent de pratiquer des inversions de cet ordre : je ne regarde pas un objet - il me regarde. Je ne respire pas l'air ambiant - c'est lui qui me respire. Ainsi de suite.

De même je m'attache à me représenter moi-même non comme un corps plein, mais comme un espace vide délimité par le plein extérieur.

Cela peut prendre la forme d'une méditation relativement longue ou ne pas se prolonger au-delà d'une minute.

Le principal intérêt du procédé, c'est qu'il donne un violent "coup d'arrêt" au flux de mes pensées - dans la mesure où je ne peux plus me poser en sujet face à l'objet "qui me regarde" (pour en rester à cet exemple), et que dans le même temps il ne s'affirme pas non plus comme un nouveau "sujet", en ce qu'hormis cette aptitude au regard, je ne lui attribue ni pensée ni volontés propres. En somme il ne s'agit pas d'une espèce de ventriloquie par laquelle je doterais un objet d'une capacité que j'abandonne : certes je l'abandonne, je dis que regarder, tenir, éprouver, n'est plus mon affaire, mais la nature de ce vers quoi je la déplace est trop radicalement étrangère à la mienne pour que je puisse même imaginer l'usage que cela en ferait si cela en était capable : qui peut se figurer la sorte de regard que vous renverrait une antenne parabolique ou un conduit de cheminée ?

Il y a fort à parier que ce n'était pas ce que voulait dire le vieux bonhomme de la librairie, mais qu'importe après tout. (...)

Illustration d'Hokusai.Texte de Wikimaus. Titre original : Dedans/dehors.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...