© copyright Jean-Luc Colnot, 2007-2017.

jeudi 5 juin 2008

POUR LE LIBER LXV (2001)

Collages de Thierry Tillier destinés à illustrer Le Livre du Coeur Ceint du Serpent d'Aleister Crowley.









18. Idem en ce qui concerne la lumière qui est absorbée. L’on absorbe un peu, et l’on est dit blanc et étincelant ; l’on absorbe tout et l’on est dit noir.

19. Pour cela es-tu noir, Ô mon aimé.

20. Ô mon superbe, je t’ai comparé à un esclave nubien, noir de jais, un garçon au regard mélancolique.

21. Ô l’immonde ! le chien ! s’exclament-ils contre toi.
Car tu es mon bien-aimé.

22. Heureux ceux qui te louent ; car ils te voient avec Mes yeux.

23. Ils ne te loueront point à haute voix ; mais durant la veillée nocturne l’un t’approchera furtivement, t’étreignant de la secrète étreinte ; un autre te couronnera en secret de violettes ; un troisième fera preuve d’une grande audace et pressera de folles lèvres contre les tiennes.

24. Oui ! la nuit recouvrira tout, la nuit recouvrira tout.

25. Tu Me recherchais depuis longtemps ; tu allais si vite en avant que je ne pus te suivre.
Ô toi mon fol amour ! de quelle amertume couronnas-tu par là même tes jours.

26. Je suis avec toi désormais ; ton être jamais ne quitterai.

27. Car je suis tortueuse douceur autour de toi enlacée, cœur d’or.(Aleister Crowley, Liber 65)








Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...