© copyright Jean-Luc Colnot, 2007-2017.

lundi 26 novembre 2007

SPARE ET L'ÉNOCHIEN (2)

C'est un fait bien connu des kiaïstes que les dessins du Livre du Plaisir de Spare sont peut-être encore plus importants que le texte lui-même, dans la mesure où ce sont eux, qui parlent au subconscient du lecteur. Ils cachent par ailleurs toutes sortes d'arcanes, alusions et astuces magiques. Il est important de savoir que Spare applique, dans ses livres eux-mêmes, les techniques magiques qu'il expose. Et c'est sur son lecteur qu'il les exerce en tout premier lieu. Par exemple, si sa phraséologie expose des idées simples de façon extrêmement complexe, ce n'est pas par snobisme intellectuel, mais parce que cette complexité de l'expression poursuit un but magique. Pendant que l'on est occupé à décrypter la forme confuse du message, le fond lui, l'idée simple qui échappe ainsi au conscient, en vient à pénétrer profondément dans l'esprit du lecteur. En résumé, le livre lui-même fonctionne exactement comme un sigil, éludant le conscient pour percuter directement l'inconscient. C'est un livre magique au sens fort du terme.

Ecoutons ce que dit Spare Dans Le Livre du Plaisir à propos de ce qu'il qualifie de lettres sacrées et tentons de comprendre ce que vient faire là l'alphabet énochien :

" Les lettres sacrées préservent la croyance de l'Ego, de sorte que la croyance retourne encore et encore au subconscient, jusqu'à ce que son ampleur brise la résistance. Sa signification ne rencontre pas l'intelligence mais est comprise de l'émotion. [...] Vingt-deux en nombre, elles correspondent à une cause première.

Le sens littéral des lettres énochiennes n'est pas, pour Spare, l'objectif premier qui préside à leur utilisation. La lettre ne doit pas rencontrer l'intelligence, remarque-t-il. On peut donc dire que le sens littéral des lettres énochiennes dont il s'inspire est secondaire et n'a pas d'importance pour lui. Il s'en dégage parfois complètement, et l'évidence suggère plutôt que ce sont les valeurs phonétiques des mots formés qu'il recherche, expliquant ainsi l'usage qu'il fait du langage énochien dans son propre alphabet. L'alphabet sacré de Spare est donc aussi conçu pour pouvoir être parlé, chanté, hurlé. D'ailleurs, dans un portrait tardif de Ann Driver (1956), on voit que les lettres sortent de sa bouche et qu'il ne s'agit pas seulement de sceaux graphiques. Kenneth Grant cite un manuscrit non publié de Spare qui constituait un Grimoire de Symbologie, composé de "vagues tons phonétiques". F. W. Letchford qui en transcrivit l'original pour Spare croit que ce grimoire n'est autre que From Mind to Mind (1951)
Dans le Livre du Plaisir, Il est donc possible, comme on l'a vu dans le précédent post sur le sujet, d'effectuer la translittération de la séquence énochienne de "Vision through the Sens of Touch" (vision par le sens du toucher) comme “H. G. G. D. G. G. H. D. H.” Cela donne une séquence cyclique symétrique et en miroir, avec la lettre "D" comme axe. Cependant, cette séquence n'est pas formulable sous la forme d'un mantra.

C'est le nom des lettres énochiennes qui est utilisé pour phonétiser le sceau, remarque Wallace, obtenant ainsi un résultat plus pratique : “NA. GED. GED. GAL. GED. GED. NA. GAL. NA.” Ou, en mettant l'accent sur GAL: “NAGEDGED GAL GEDGEDNA GALNA...

Cette méthode de prononciation de l'Alphabet du Désir étant probablement celle qu'utilisa Spare, les lettres ont deux identités et fonctions distinctes. En premier lieu, en accord avec leur apparence visuelle et formelle et en second lieu, en accord avec leur phonétisation via les lettres énochiennes que Spare connaissait parfaitement pour les avoir étudiées avec Crowley qui lui avait demandé d'en faire les tableaux et graphiques pour sa revue thélémite. Ainsi, l'aspect visuel ou pictural, utilisé rituellement, constitue un dharana sur ses formes individuelles comme désirs individualisés. Et simultanément, leur utilisation comme mantra en amplifie le background par le son et en constitue le mouvement. Telle est donc, nous semble-t-il, la méthode d'encodage mantrique de Spare.
Je proposerai dans un prochain post une méthode d'encodage musical trés simple d'utilisation qui permet de passer de la formulation écrite d'un souhait à une phrase musicale interprétable sur n'importe quel instrument, pouvant tourner en boucle dans un programme de MAO pendant le rituel ou tout simplement, susceptible d'être chantée. Mais il est évident que ces suggestions ne sont que des idées à partir desquelles le créateur de sceaux ou d'alphabets doit lui-même concevoir ses propres méthodes ou perfectionner celles qui lui sont proposées, avec habileté et imagination. Ainsi, en musique, l'encodage pourrait porter sur le rythme plutôt que sur les mélodies... Au choix.
Agente 373 I. M. (c) copyright 2007

1 commentaire:

Jais a dit…

"Pendant que l'on est occupé à décrypter la forme confuse du message, le fond lui, l'idée simple qui échappe ainsi au conscient, en vient à pénétrer profondément dans l'esprit du lecteur."



Huhuhuhu :-)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...